HOME PAGE       CAMELEON RECORDS

 

Bonjour , bienvenue chez CAMELEON RECORDS, division de VINYL VIDI VICI RECORDS, le but étant de represser
des vinyles déjà édités mais introuvables ou trop onéreux. Punk, hard, garage, new-wave, folk, soul, seule l'écoute prédomine
dans le choix.

Hello, welcome to Cameleon Records, a division of VinylVidiVici Rds, whose goal is to reissue previously published LPs , but not found or too expensive. Punk, hard, garage, new wave, soul, folk .... just listen dominant in the choice.

Contact for orders

22ème référence, TÖTENKÖPF


Les titres qui composent le premier album de Tötenköpf furent composés par le français Bruno Rooke entre 1970 et 1976. Ils seront finalement enregistrés (en gogolophonic sound) lors de son séjour à Karlstad, en Suède, en février-mars 1978. Rooke (chant, batterie, claviers, percussions) développe avec l’aide de son cousin Erland Malberg (basse, guitare, effets) et d’un ami de ce dernier, Mats Meyer-Lie (guitare, bandes, violon) un album chaotique qu’ils appelleront « Ann Arbor » en référence à la banlieue de Detroit dont sont issus le MC5 et les Stooges.
Pressé originellement à une poignée d’exemplaires sur « Agression », le propre label de Rooke, « Ann Arbor » est un mélange détonant de free rock et de proto punk, connu seulement de quelques collectionneurs éparpillés en Suède, en France et en Allemagne. Outre les influences directes des Stooges et du MC5, le groupe se revendique tout à la fois du Velvet Underground, de Neu! et de Can.
Dans les faits, le son de Tötenköpf est plus proche des expérimentations des tout premiers Destroy All Monsters ou des Rallizes Dénudés, si ce n’est que le groupe, sous l’influence de son leader, s’ancre involontairement dans une spécificité bien française d’expérimentations de speed freaks à l’instar d’autres ovnis tels que Mahogany Brain, Barricade ou Gutura. Au final, le résultat fait songer à des groupes comme Debris, Madrigal ou Angel Face.
Ce disque est évidement unique dans le paysage français, un morceau d’histoire du rock véritablement alternatif : un album déviant, cramé et sans la moindre concession. Bien trop punk pour figurer sur des labels comme Futura ou Pôle (où il aurait pourtant eu toute sa place) et bien trop expérimental et psychédélique pour avoir été remarqué par les punks.
Sur le même label et dans l’anonymat le plus complet, le trio sortira « Diktat » en 1981, un second opus étonnant - mais souffrant d’un très mauvais son - avant de se désintégrer.
« Ann Arbor » est enfin réédité pour la toute première fois par Caméléon records à 500 exemplaires, remasterisés directement à partir des bandes originales fournies par Bruno Rooke. (O. Krapö Septembre 2015)

Un grand merci à Bruno Rooke, Régis Lagouille, Salem, Ozkär Krapö, Olivier du Rideau de Fer à Paris et tous les autres pour leur précieuse aide.

 

The tracks forming Tötenköpf’s first album were composed between 1970 and 1976 by the Frenchman Bruno Rooke. Eventually, they have been put to tape (in gogolphonic sound) during his stay in Karlstad (Sweden) in February-March 1978. Rooke (vocals, drums, keyboards, percussions) recorded with the help of his cousin Erland Malberg (bass, guitar, effects) and a friend of the latter, Mats Meyer-Lie (guitar, tapes, violin), a chaotic album titled "Ann Arbor" as a direct reference to the Detroit’s suburb hometown of the MC5 and the Stooges.
Originally pressed in a handful of copies on Rooke’s own "Agression" label, "Ann Arbor" is an explosive mix of free rock and proto punk, previously known only by a few record collectors scattered around Sweden, France and Germany. In addition to the obvious influences of the Stooges and the MC5, the group also pleaded allegiance to the Velvet Underground, Neu! and Can.
In fact, the sound of Tötenköpf is closer to the experiments of Destroy All Monsters first incarnation or Les Rallizes Dénudés, except that the group, under the influence of its leader, was involuntarily anchored in a very French tradition of speed freaks such as Mahogany Brain, Barricade or Gutura. In the end, the result had reminiscences of bands like Debris, Madrigal or Angel Face.
This record is unique the French landscape, a piece of history of truly alternative rock: a deviant fucked up album made without any concession. Too punk to be issued by labels like Futura or Pôle (where it still would have feel like home) and too experimental and psychedelic to have been noticed by the punks.
On the same label and in complete anonymity, the trio released "Diktat" in 1981, a second amazing album - unfortunately plagued by very bad sound quality - before disintegrating.
"Ann Arbor" is finally reissued for the first time by Caméléon Records, with a limited pressing of 500 copies, remastered directly from the original tapes provided by Bruno Rooke.

Many thanks to Bruno Rooke, Regis Lagouille, Salem, Ozkar Krapo, Olivier of  Rideau De Fer in Paris,L. Bigot and all the others for their help.

 

 

 

PARU DANS UGLY THINGS

Tötenköpf - Ann Arbor (Cameleon Records, France) LP Using the proto-punk tag for anything recorded after 1976 usually doesn't make sense. Tötenköpf's first LP is an exception as: 1/the material was written between 1970 and 1976; 2/you hear absolutely no Ramones/Clash/Pistols influences. This is noise by freaks for freaks. Think Mahogany Brain, Angel Face, ESP Disk's Godz, Les Rallizes Denudes… Take "In His Lifetime" for instance, a true proto punk monster (penned in 1974). "Crippled by Rheumatism" will scare the shit out of your neighbors. "Flutter fribilation" (their only song - some may not agree with the term "song" here – sung – more like screamed - in french) is their "Sister Ray", ending with a long drone over frantic tribal drumming, remindful of the Velvets at their most extreme (electric violin included). These guys could've made the front cover of Black To Comm. Recorded in February-March 1978 in Sweden, the six songs had mainly been written by french singer-drummer Bruno Rooke. The lyrics, full of rebellion, nihilism and rock'n'roll cliches, show strong teenage naivety. Rooke and his swedish sidekicks were obviously traumatised by the sound coming out of Detroit circa1970 (even mentioning the Grande Ballroom in "In His Lifetime"). This record was so obscure, I hadn't heard of him before someone wrote about it in a Terminal Boredom message board thread about forgotten 1970's punk albums. The band made a second long player in 1981, unfortunately so no-fi it was judged not fit for reissue, even by people used to harsh headache-inducing recordings. You probably won't dance to this but listen closely, it's quite fascinating noise.

PARU SUR LE SITE TERMINAL BOREDOM

Totenkopf 'Ann Arbor' LP (Cameleon) Just when you thought Jack Ruby was the last unearthed punk/noise nugget left, here comes this free form Totenkopf fuck-all. Debris meets Wormdoom meets Liquorball meets Manson Family. Crazed. What you imagined those undocumented early Stooges shows - the ones with a vacuum cleaner involved - might have sounded like. What I really hoped the Figures of Light sounded like. Industrial murder music made by Swedish Pentagram rejects. 'Ann Arbor' sends the average Captured Tracks fan fleeing from the record store in under five seconds of contact. I know. I've tried it out. There's now a stack of damaged, dropped Mac DeMarco LPs clogging our clearance bin. Do the Lords work and press the second LP, pronto.

PARU SUR LE SITE http://black2com.blogspot.fr/

Totenkopf-ANN ARBOR LP (Chameleon) Finally dished out for this 'un and boy I couldn't have put my shekels to better use! The long-touted mid-seventies punk rock album from these skandies really does out do most others on the over-the-hills-and-screaming sweepstakes, coming off like a three-way cage match between Jack Ruby, Von Lmo and that whacked out dehumidifier we hadda get rid of a few years ago. Total scronk punk here that makes a whole lotta that eighties art passing for p-rock sound totally sick in comparison. Heavy metal before the beauticians industry got hold of it and just overloaded electronic sound gunch with a massive beat you can even dance to! If you like it hard and heavy and excruciating (w/o coming off like eighties industrial dirge) you might just go for this 'un. Costly but cheap, ifyaknowaddamean... ***

 

 

 


TEXTE DE JEAN-PIERRE TURMEL PUBLIÉ EN 2013 DANS LA VOIX DES SIRENES

Musiques Punks, Postpunks et Industrielles... Ca n'est pas si simple... L'Histoire et la Critique lorsqu'elles se penchent sur une période culturelle invariablement procèdent par simplification et encadrement. Le but est de mettre de l'ordre dans un processus vivant perçu comme un désordre. Ce travail de clarification commence très tôt, en fait dès l'apparition du mot qualifiant tout nouveau mouvement culturel, car tout terme appelle une définition de critères d'appartenance mais aussi de rejet. Dès lors tout est en place pour la mise en œuvre de nouveaux académismes, une standardisation des styles, et pire, des pensées. Le but de certains "producteurs d'objets culturels" n'est plus de faire émerger un produit en accord avec ce qu'ils sont, avec leur individualité et leurs spécificités, mais de faire partie d'un courant, d'un style...Et d'être reconnus comme tels. C'est dès lors le jeu bien connu des adhésions et des exclusions, que l'on retrouve dans tous les domaines de la Culture, phénomène d'autant plus fort qu'on a affaire à des mouvements organisés et structurés. Dans le très anticlérical Surréalisme ce fut institutionnalisé paradoxalement comme dans une religion, sans que personne de l'intérieur n'y discerne le moindre ridicule. Dans le Situationnisme, qui singeait en quelque sorte l'extrémisme de Breton, ce fut pratiqué systématiquement avec peut-être une pointe d'autodérision (mais rien n'est moins sur). A la fin des années 70 la très clairvoyante revue politique ERRATA de Toni Arno proclamait : "NI ADHESION, NI EXCLUSION"...Manifestement le message n'est pas passé ! On en déduit que dans tout mouvement, c'est la phase d'émergence qui est la plus intéressante. Affirmer cela n'est pas de l'élitisme, c'est simplement constater que le suivisme ne produit jamais rien de bon, on ne peut véritablement développer son individualité par l'allégeance. L'origine des mouvements S'il est un domaine où la génération spontanée n'existe pas c'est bien celui de la Culture. Tout nouveau mouvement découle des précédents, même s'il se définit en opposition par rapport à eux. Le Punk est un exemple particulièrement intéressant puisqu'il se définissait d'abord par son rejet du mouvement Hippy et Psychédélique, la génération Rock précédente. Mais de quel mouvement Hippy s'agissait-il ? De sa définition caricaturale et académique dans laquelle s'épanouissait le suivisme Baba Cool ? Ou le mouvement réel des débuts ? Plusieurs raisons nous orientent vers la première hypothèse : Le choix même du mot PUNK d'abord, qui à l'origine était utilisé par les disquaires comme une étiquette pour leurs bacs où ils entreposaient les disques de style "garage" qui étaient en fait proto hippy, précurseurs de la musique psychédélique, et souvent autoproduits. Autre indice : les emprunts musicaux. J'ai eu la chance d'assister à un concert des Sex Pistols à Londres au Nashville en avril 1976, il suffisait d'écouter pour se rendre compte de la filiation avec les Mods des sixties et des pré-psyche genre Yardbirds. Johnny Rotten avouait même son admiration pour Peter Hammil le chanteur du groupe de Progressive Van Der Graaf Generator. La musique disco (alors dominante sur le marché) fut également prise pour cible, et dans le même temps Throbbing Gristle s'y référait comme élément moteur pour sa Musique Industrielle. Des contradictions, des ambiguïtés faisant écho à celles des discours et des attitudes des débuts : arborer des insignes politiques extrêmes (nazis ou communistes) sans rapport avec les opinions politiques réelles, revendiquer le béton plutôt que la nature, la pornographie plutôt que les sentiments. L'ambiguïté fut l'un des apports fondamentaux du mouvement Punk (dans sa définition la plus vague, la plus large). Le discours, les slogans, les insignes ne signifiaient plus ce qu'ils semblaient dire selon les codes habituels de la communication. Le message de ce fait ne pouvait plus être vérité. Tout fut dit et son contraire instaurant un chaos faisant fi de toute certitude. Bien sûr ça ne pouvait perdurer, car comme l'affirme le dicton « chassez le naturel, il revient au galop ». Cette phase ne dura que quelques mois, puis tout rentra dans l'ordre, chacun peu à peu mis en accord ses pensées avec ses attitudes affichées et ses mots prononcés. On en revint à des convictions claires, lisibles et sans ambigüité. La plus grande part emboitant le pas à Clash, opta le poing levé (réflexe pavlovien) pour le marxisme pur et dur. D'autres à l'opposé pour le néofascisme qu'ils soit populiste style Skin, ou élitiste comme certains du mouvement Indus. Une bonne part se ralliât à l'Anarchisme, tel Crass, tendance très organisée. Ce fut le moindre mal, en quelque sorte, car le plus proche de l'anti idéologie. Peu se maintinrent dans l'ambigüité et l'auto contradiction. On me pardonnera de ne donner aucun exemple, le contraire les feraient quitter ce statut de facto. D'autres enfin se sont délibérément placés en dehors de cette problématique en se limitant à une démarche, disons « artistique » (à défaut d'un terme plus satisfaisant). Dès les tous débuts de Sordide Sentimental, en 1978 dans le fanzine sous-titré ONESHOT 2, j'attirais l'attention sur cette évolution déjà bien avancée (dans l'introduction intitulée « Climats du Relatif »). Je n'en espérais rien et ne fut pas déçu, je prenais date tout simplement. Hétérogénéité et mouvement brownien Au début il n'y a pas de séparation, seulement du mouvement, en apparence aléatoire…Une coexistence pouvant être conflictuelle, un mélange souvent explosif. Et aucun nom, aucune étiquette pour désigner tout cela. Je me souviens qu'au début de nos échanges, Genesis P-Orridge de Throbbing Gristle m'avait raconté qu'à une époque, dans l'immeuble ou Cosey et lui avaient un logement (un squat peut-être), à un étage il y avait musicien de Dr Feelgood (groupe « pub rock », considéré comme pré punk) et à un autre un musicien des Stranglers (considéré au début comme un des premiers groupes du punk, mais dont la classification (réécriture de l'histoire oblige) est maintenant incertaine). Cette image est symbolique de la réalité culturelle d'une période, pour un temps très court. Dans le documentaire sur les débuts du mouvement Punk de Don Letts « Punk Rock », on voit y en premier plan Genesis P-Orridge lors de la séquence sur une perquisition policière au célèbre magasin de fringues BOY.(Concurrent de celui de McLaren-Westwood , SEDITIONARIES, anciennement SEX). Symétriquement sur une photo d'un concert de Throbbing Gristle on remarque dans le public Siouxsie Sue (de Siouxsie and The Banshees un des groupes phares du Punk). Mark Perry du fanzine Sniffin' Glue puis du groupe punk Alternative TV était proche de Genesis P-Orridge et l'invita sur certains enregistrements. Alex Fergusson d'ATV fit aussi un 45t avec la chanteuse Dorothy pour le label INDUSTRIAL RECORDS, avant de devenir ensuite un des membres fondateurs de Psychic TV. Peter Christopherson de Throbbing Gristle, qui était aussi photographe pour Hypgnosis fit des photos des SEX PISTOLS à leurs tous débuts. Je me souviens aussi d'avoir assisté à la réception par Genesis P-Orridge (avant parution du disque) d'une cassette du LP de « Flower of Romance » l'album de PUBLIC IMAGE…Les échanges et les influences étaient nombreuses, pas seulement musicalement, mais aussi sur le plan des idées et des concepts. Genesis P-Orridge dès COUM Transmission attira l'attention sur le condamné Gary Gilmore en créant une GARY GILMORE MEMORIAL SOCIETY. Peu après le groupe Punk THE ADVERTS composa le célèbre titre « Gary Gilmore Eyes ». De même Ian Brady et Myra Hindley (les meurtriers des landes) firent partie dès Coum Transmission du panthéon noir de Genesis P-Orridge… L'un des groupes les plus underground du Punk Anglais pris pour nom « The Moors Murderers » (les meurtriers des landes). Dans son fanzine « London's Outrage » de décembre 1976 Jon Savage publia un collage associant une photo de Malcolm McLaren avec une de Cosey Fanni Tutti de Throbbing Gristle (photo « Prostitution » d'une performance de COUM à l'ICA en 1976). C'est pour moi le document visuel le plus évocateur des rapports étroits entre Punk et Musique Industrielle. Jon Savage qui fut l'un des pionniers du graphisme punk, est une personnalité extrêmement cultivée ; dans un autre de ses collages (publié dans le portfolio Mixed Media Montage) il établit une relation entre les débuts du punk et un autre mouvement : Il a inscrit sur son collage la phrase « I'm a NEW WORLD fan ». J'y lis un hommage à la revue de SF « New Worlds » telle que l'avait complètement transformée Michael Moorcock à la fin des années 60, avec son large format, son intérêt pour toutes les contre-cultures (littéraires graphiques et musicales) et, ce qui était totalement inhabituel dans une revue de SF, le recours quasi systématique aux collages pour l'illustrer. Rétrospectivement on constate que ceux de Charles Platt préfiguraient ceux de l'époque punk. Les exemples de l'entrelacement des thèmes, des tendances et styles de cette époque sont en nombre si important que nul ne peut nier sinon une convergence du moins une coexistence faite de coopération. La descendance des Stooges…et de quelques autres. En ce qui concerne l'origine du Punk Américain (mais cela concerne également l'Européen) on fait référence communément au groupe d'Iggy Pop the Stooges. C'est effectivement l'une des influences majeures, mais pas la seule. On doit évidemment citer le MC5, Music Machine et une kyrielle de groupes garages. Pour le domaine européen comment ne pas évoquer Mick Farren et les Deviants ? Un groupe de la fin des années 60 comme les Silver Apples fut l'une des influences majeures de l'électro-punk de SUICIDE d'Alan Vega et Martyn Rave, sans oublier celui de METAL URBAIN (à égalité avec les SEEDS). Mais certaines influences peuvent être plus cachées et en même temps plus spectaculaires : TELEVISION (créé en 1973) fut un des groupes phares de la mouvance Punk de New York. Le son de ce groupe paraissait totalement neuf, mais c'était méconnaitre certains des aspects les plus obscurs de l'évolution du Rock. L'écoute du groupe américain EDGE en 1969 (Nose Records) est édifiante. Souvent présenté à tort comme un groupe Métal, c'est en fait un groupe Psychedelique (issu de The Boston Tea Party et d'American Revolution) certes assez « heavy » mais non dénué de subtilités. L'intérêt principal se concentre sur un seul morceau : « Lady of Darkness » qui laisse le sentiment incroyable qu'il fut composé et interprété par TELEVISION . Je ne crierais pas au plagiat, mais parlerais plutôt de transmission, cela n'enlève rien à la créativité de Tom Verlaine qui sut développer un style à partir d'un seul morceau écouté… Simplement cela incite à l'humilité, la créativité est à la base un phénomène collectif avant d'être individuel (même si cette part reste essentielle). Certains individus traversent les époques, ne sont plus seulement des influences mais des acteurs du changement, ils deviennent des icônes de mouvements qu'on voudrait opposer. Mayo Thompson de The Red Crayola (Krayola) fut à la fois une figure de premier plan de la musique psychédélique dès 1965, mais aussi du postpunk (tant comme interprète que comme producteur de groupes). L'anarchiste David Peel dans un style différent eut un statut comparable. Un autre cas remarquable est celui de Fred Cole et de son groupe Psyche-Garage The Weeds (plus connu sous le nom de The Lollipop Shoppe, imposé par un label). Il continua d'œuvrer avec détermination, changeant le nom de son groupe au fur à mesure des mutations du Rock : Zipper, King Bee, The Rats, The Desperate Edge, The Western Front pour culminer avec Dead Moon. Je suis surpris que cette épopée exemplaire ne soit pas davantage connue (tout particulièrement en France ou elle fut quasiment ignorée). Et comment passer sous silence que l'itinéraire de certains musiciens du Punk fut parfois sinon surprenant, du moins propre à s'interroger : Par exemple Marky Ramone batteur du groupe The Ramones, emblématique du Punk US s'il en est, œuvra d'abord dans DUST intéressant groupe culte post psyche/pre hard (sous le nom de Marc Bell). Dans le domaine français on réécoutera avec profit LES BLOUSONS NOIRS redécouverts par J.B. «Wizzz » Guillot du label Born Bad, un groupe qui ébranle un peu les certitudes quant à l'histoire du genre. Mais le 45t des ROCKERS en 1965 (Decca 71.075) est plus troublant encore. Leur « let's go » renvoie à celui des Ramones (« Blitzkrieg Bop ») longtemps après…Les deux ayant été « inspirés » (euphémisme) par le tube homonyme des ROUTERS datant de 1963. Pour en revenir aux ROCKERS (qui s'appelèrent d'abord les New Turnips) ils eurent un temps Jean-Claude Berthon comme chanteur (le défunt créateur de Disco Revue puis du magazine Les Rockers). Ils accompagnèrent aussi pour une série de concerts Vince Taylor…autre précurseur du mouvement Punk. Les Pré Postpunks Bien malin qui pourra déterminer où naquit le Punk, aux USA ou en Grande Bretagne, les experts s'affrontent en un combat un peu vain, car comme dans l'olympisme c'est participer qui est important plus que de gagner. Dans cette course effrénée nombreux sont les outsiders à prétendre au titre. Certains forts talentueux tel l'américain George Brigman de Baltimore avec son LP « Jungle Rot » datant de 1975. L'hypothèse d'une origine australienne (avec Radio Birdman et The Saints) n'est pas déraisonnable (quoique plus improbable) elle a l'avantage de semer le doute quant à cette Histoire somme toute bien balisée et confortable. Je professe personnellement une origine française, en ayant parfaitement conscience ce faisant d'être hérétique. On connais certes l'importance qu'eurent des groupes comme Stinky Toys (dès 1976), Gazoline (d'Alain Khan)), Asphalt Jungle (de Patrick Eudeline) et surtout Metal Urbain (pionniers de l'Electro Punk) mais il étaient dans la mouvance plus que précurseurs. Les Dogs se produisaient dès 1974 mais ne furent jamais vraiment considérés comme Punks bien qu'évoluant sur le même territoire et ayant par leur exemple contribué à l'émergence du genre. Leur dandysme les fit classer sur la même étagère que ces autres précurseurs qu'étaient les Flamin' Groovies. Des lieux comme l'Open Market de Marc Zermaty (dès 1970), Harry Cover de Michel Esteban (dès 1973) qui était plus proche des premiers punks américains que des anglais Malcolm McLaren et Vivien Westwood. De même la très néo-situationniste Librairie Parallèle (depuis 1972) . A Rouen Lionel Herrmani crée Mélodie Massacre (c'était en 1972 je crois), suivant en cela l'exemple de son copain havrais Philippe Garnier (Crazy Little Thing)…Je ne cite évidemment que ceux que je connais (ou dont je me rappelle)…Il y en a forcément beaucoup d'autres qui constituaient en quelque sorte le terreau propre à l'éclosion de ce style contre-culturel. Le Punk n'est pas que musical, c'est aussi du graphisme, les Bazooka (marqués par le Situationnisme) en sont l'un des fers de lance, ils œuvraient dès 1974. Ils publiaient en France bien sûr mais furent reconnus et adoubés par le mouvement Anglais (couverture d'un numéro du New Musical Express (6/1/79) par exemple, et pochette d'un disque d'Elvis Costello). La mode fut au centre du mouvement Punk. Ce n'étaient pas que des vêtements, mais en quelques sortes les étendards d'une nouvelle culture, plus que cela n'avait été auparavant dans le Rock. On attribue à Malcolm McLaren et à Vivien Westwood la création de ce look…Je pense personnellement qu'ils se sont fortement inspiré du costume de scène que porte Pierre Clémenti dans le film culte de Marc' O « Les Idoles », sorti en 1968 et adapté de la pièce homonyme de 1966. Tout de cuir et blouson envahi de badges, sans oublier les cheveux courts (n'oublions pas qu'en 68 la mode était hippie et les cheveux longs). Malcolm McLaren ne s'est jamais caché de l'influence qu'avait sur lui l'Internationale Situationniste (comme Tony Wilson créateur du label Factory) et il était régulièrement à Paris. Or Marc' O est de pseudonyme de Marc-Gilbert Guillaumin qui collabora avec les Lettristes et publia le tout premier texte de Guy Debord dans sa revue ION (un éphémère One Shot). Sans avoir été lui-même Situationniste il faisait partie de cette mouvance, de ces avant-gardes que fréquentait McLaren. Certes musicalement « Les Idoles » ne préfigurait pas le Punk (encore que parfois Jean-Pierre Kalfon me fasse penser à Gilles Tandy et aux Oliveinsteins), c'était de la pop bien franchouillarde, à prendre au deuxième degré. Les précurseurs musicaux il faut les chercher du côté de TÖTENKÖPF (pas le groupe Skin des années 80) composé de musiciens suédois et français. Ils se situent dans la descendance des Stooges, tant musicalement que par le titre de leur premier LP « Ann Arbor » ville où le groupe d'Iggy Pop s'était formé. Du rock garage fort proche de l'Art Brut. Un premier LP publié en France en 1978 sur leur propre label (Agression), mais dont l'enregistrement débuta dès 1974. Non content d'être précurseur de la vague Punk ce disque préfigure également la Musique Industrielle…Bandes enregistrées, distorsions, thèmes militaristes…Une synthèse étonnante qui explique peut-être le peu d'écho qu'il reçut dans les médias. Le groupe néanmoins continua et publia un deuxième album (toujours autoproduit) intitulé « Diktat » en 1982 (enregistrements réalisés entre 1980 et 1981, mais morceaux composés entre 1973 et 1978). Dans la même veine que le premier, ce disque propose aussi un troisième style, un rock déconstruit et reconstruit un peu comme celui d'Half Japanese. Un groupe décidément très étonnant. Ce deuxième disque donne aussi des indications sur les choix politique du groupe (fortement soupçonné d'extrême droitisation sur les rares blogs ou l'on en parle, l'accusation obligatoire lorsqu'on ne comprend pas quelque chose). « Diktat » qui donne son titre au disque condamne sans ambiguïté tous les totalitarismes, qu'ils soient de gauche, de droite ou religieux. Que ce groupe ne soit pas parvenu à s'inscrire dans l'histoire musicale de cette époque, qu'il n'ait pas été reconnu par ceux qui la rédige, qu'ils n'aient eu aucune influence ni aucune descendance est finalement sans importance…Le temps réparera cette injustice, car même si ces deux disques ne furent pressés qu'à peu d'exemplaires, ils existent et leur importance immanquablement les remettra en pleine lumière. TÖTENKÖPF illustre parfaitement le fait que dans un monde où tout est mondialisé, tout mouvement culturel peut potentiellement émerger partout, ajoutant ainsi un peu plus de complexité au désordre. Jean-Pierre Turmel (Rouen – mai 2013)

Publié dans La Voix Des Sirènes n° 5 / http://lavoixdessirenes.blogspot.fr/

 

Si vous avez des documents et des renseignements supplémentaires à fournir, veuillez me contacter ici Contact  Merci !

COMMANDES / ORDERS

FRANCE

  15€ 1 ex + port colissimo : 6,50 €
30€  2 ex + port colisimo 7,50€
   45€  3ex + port colissimo : 8,50€

EUROPE

 
15€   1 ex + postage with track number 12,15€
30€  2 ex + postage with track number 14,85€
45€  3ex + postage with track number 16,50€

WORLD

15€   1 ex + postage with registered option 13,20€
30 €  2 ex + postage with track number 26€
45€  3ex + postage with track number 26€

DISTRIBUTION & WHOLESALE

 

Ask me questions for others orders or options , distribution....

Contact for orders

ADRESS PAYPAL : 45vinylvidivici@wanadoo.fr

HOME PAGE     CAMELEON RECORDS   MEMOIRE NEUVE