HOME PAGE       CAMELEON RECORDS

Bonjour , bienvenue chez CAMELEON RECORDS, le but étant de represser
des vinyles déjà édités mais introuvables ou trop onéreux. Punk, hard, garage, new-wave, folk, soul, seule l'écoute prédomine
dans le choix.

Hello, welcome to Cameleon Records, whose goal is to reissue previously published LPs , but not found or too expensive. Punk, hard, garage, new wave, soul, folk .... just listen dominant in the choice.

Contact for orders

BANDCAMP

GILLES PELLEGRINI with THE STEW & DAVE and J.J.

SOLD OUT

 

Compositeur interprète français, Gilles Pellegrini voit le jour dans le Vaucluse, au sein d' une famille d'émigrés italiens. Son père, mandoliniste, l'intéresse très tôt à la musique. Il passe son enfance dans le Dauphiné, et tout jeune, joue de la clarinette dans l'harmonie de Sassenage sous la direction d'Alfred Gaillard. Elève doué, son professeur l'inscrit au conservatoire de Grenoble, dirigé alors par le maître Eric Paul Steckel. Pour parfaire son instruction musicale, il suit, en parallèle, des cours avec Maurice Damolines. Après avoir obtenu un prix de clarinette, Gilles délaisse cet instrument et c'est en autodidacte qu'il travaille la trompette sans oublier le bandonéon, le saxophone et le trombone.

Après avoir créé un big band pendant son service militaire en Algérie et collaboré avec le music-hall de l'armée française, il fait la connaissance de Gérard Pisani (futur MARTIN CIRCUS, BULLDOZER...), Matt Camison (MAT 3, RESONANCE...), François Nordir, Philippe Bender, Michel Lacrouts, Georges Rabol, Giraudeau et d'autres artistes. Pourtant, à cette époque, c'est le jazz qui l'attire le plus et c'est dans ce milieu qu'il s'illustre d'abord en jouant avec Bill Coleman, Sonny Grey, Guy Lafitte, Eddie Louiss, Yvan Julien, Maxim Saury, Stéphane Grappelli…Son meilleur souvenir est un bœuf mémorable avec Dizzy Gillespie à Nice où il fut sacré roi de la soirée avec le célèbre jazzmen. Grâce à Tony Canal qui le fait monter à Paris pour le remplacer au Grisbi Club, il retrouve ses connaissances d'avant, dont Gérard Pisani qui lui demande de venir jouer de la trompette dans l'orchestre de Johnny Hallyday sur la demande de Eddie Vartan. Dès 1965, HALLYDAY symbolise parfaitement l'engouement des français pour le rhythm & blues et la soul. Celui-ci a crée l'orchestre les BLACKBURDS dont les cuivres affirment les sonorités spécifiques liées à ces genres musicaux.

 

Gilles Pellegrini joue "Noir c'est noir" avec Hallyday, et son EP sorti en 1966.

       

En même temps, Pellegrini enregistre un premier EP en 1966 sur RCA Victor France, puis un LP début 1967 pendant la tournée de Hallyday en Amérique Du Sud sorti uniquement en Argentine "Gilles Pellegrini Y Su Trompeta Francesa" . Gilles reste 3 ans au sein de ce groupe qui tourne au Canada, Argentine, Pérou, Vénézuela, Brésil, , Cameroun, Côte d'Ivoire, Pologne, Tchécoslovaquie, Grèce, Turquie, Iran, Algérie, Italie, Belgique, Allemagne, Suisse, Espagne, puis à son retour décide de monter son propre orchestre.

   

   

 

Plusieurs musiciens passent dans son nouvel orchestre, et au bout de six mois, Gérard Feraud, (ex-LES MARQUIS, NEW TURNIPS, et qui jouera avec POLNAREFF…) est intégré après avoir été vu jouer un soir avec Gerry Beckles et Jean-François Fels. Robert Izmir, producteur et manager, fait des propositions aux autres musiciens repérés : René Guérin (ex-Crazy Love & Co avec Albert Choisnet ; qui lui sera plus tard dans Cambouis, , futur Martin Circus, Tribu...), Jean Desarmes qui venait du groupe Ci-Devant (1964, originaire de Suresnes, composé de son frère Christian, Patrick Beauvarlet et Christian Pancera, Chrys Alice y chantera quelques fois…) . Robert Izmir organise quelques rendez-vous au Rock'n'roll Circus pour jammer avec Fels et le frère de Gilles, Laurent. Le groupe était né. Le rodage se fait au 5/7, boîte se trouvant à Saint Laurent Du Pont près de Grenoble (Voir l'article pour plus d'infos sur ce lieu). Puis quelques tournées milieu 1968, dont une en Espagne avec Paul-Jean Borowsky au chant (futur Martin Circus) et aussi un certain William, chanteur africain. Madrid, Grenade… , Robert Izmir, (il a fait venir Jimi Hendrix et d'autres artistes pour la première fois en France et managé Vigon), repére Dave & J.J. au Voom Voom Club de Saint Tropez. Ces derniers viennent de Cincinnati aux USA, David Thomas et Joseph Verl Peterson étant leurs vrais noms. David Thomas a sorti un single devenu très rare " I'll Always Need You (By My Side)" / "I'm A Lonely Man" sur le petit label Prime de Cincinatti en 1966/67. J.J. est déjà un chanteur ayant évolué sur plusieurs scènes aux USA, et joué avec Otis Williams & The Charms. Les deux hommes ont déjà tourné en France sous la houlette de Douglas Yeager (et de son frère) qui deviendra très célébre avec des artistes comme Josh White, Chuck Berry, Velvet Underground mais aussi en France avec les Variations (qu'il fera signer sur Buddah), et Freddie Meyer ... Le Voom Voom Club et le Papagayo situés à St. Tropez sont 2 endroits incontournables de cette époque. Douglas Yeager se souvient :

En 1967, Daniel Wolfe et moi avons amené notre premier groupe d'artistes américains en Europe. L'un de ces artistes, Jeannie Bennett a été signé par Barclay Records, a joué dans HAIR à Paris et est devenu une star. Jérôme Dodero, qui dirigeait le Club Papagayo à Saint-Tropez, nous a confié qu'il était devenu copropriétaire du Voom Voom Club de Saint-Tropez et qu'il voulait que nous lui apportions des artistes américains pour l'été suivant. Il s'intéressait particulièrement aux artistes qui jouaient de la musique "soul". Dès que Daniel et moi sommes revenus de Saint-Tropez à Cincinnati, nous avons commencé à chercher dans tous les clubs de la ville les meilleurs artistes qui n'étaient pas encore signés sur un label. En plus de signer Freddie Meyer et Randy Crawford (qui n'avait que 15 ans), nous avons été captivés par deux artistes noirs solo, Dave Thomas et Joe Peterson. À cette époque, en 1967, Otis Redding, James Brown, Sam et Dave, et Wilson Pickett étaient très populaires. Nous avons réalisé que si nous pouvions faire de Joe et Dave un duo, nous pourrions alors présenter un spectacle qui pourrait reproduire tous les grands chanteurs noirs soul de cette époque. Ils ont accepté, et nous avons tous décidé qu'ils s'appelleraient Dave & JJ. On a ensuite trouvé une bande de jeunes musiciens de Cincinnati pour les soutenir. Jerome Dodero s'envola pour Cincinnati, et après avoir vu tout le monde se produire, il accepta d'emmener Freddie et son groupe, Randy Crawford (qui serait soutenu par le groupe de Freddie), et Dave & JJ en Europe en juin 1968. St. Tropez était notre base, mais les groupes joueront également en Espagne et en Suisse. En septembre 1968, nous avons envoyé les musiciens de Cincinnati qui ont soutenu Dave et JJ, chez eux car ils étaient inscrits à l'université. Daniel Wolfe, Dave & JJ et moi-même sommes allés à Genève en Suisse et avons embauché un nouveau groupe de Suisse pour les soutenir. Nous avions déjà Randy Crawford au Griffin's Club de Genève à cette époque. L'un des membres du groupe suisse était français et nous avons répété chez lui pendant une semaine (juste de l'autre côté de la frontière depuis la Suisse).

Christian Carbaza, qui était le patron du Voom Voom à Juan Les Pins et un fan de Dave & JJ, nous a dit qu'il pourrait réserver un engagement de trois semaines pour nous au Voom Voom à Turin en octobre. Nous avons convenu et dit qu'il obtiendrait la commission de son agent pour cet engagement. En même temps, nous avons demandé à notre ami Doug Fawkes à Rome (qui représentait Rocky Robert) de réserver le groupe pour un engagement de deux ou trois semaines au Piper's Club in Room pour suivre l'engagement de Turin..

Après une répétition d'une semaine, Daniel Wolfe et moi avons pris un train pour Turin pour attendre l'arrivée du groupe. Les propriétaires du Voom Voom Club à Turin étaient Sylvano et Ivo Lunardi. Ils avaient donné des instructions à Christian Carbaza, qui nous a ensuite dit comment franchir sur la frontière italienne et les documents à montrer aux douaniers. Le groupe suivait parfaitement les instructions, mais quand ils arrivent à la frontière, les douaniers ne les ont pas laissé passer. Après deux heures de dispute, ils ont fait demi-tour et se sont dirigés vers une autre route et un autre passage frontalier. Ainsi ils sont arrivés au club une heure après le début de leur premier set prévu. Les frères Lunardi nous ont dit que nous pouvions tous quitter Turin ... OU que le groupe pourrait jouer le contrat de trois semaines ... mais comme pénalité pour être arrivé en retard, nous ne serions payé que 25% de l'argent promis. Daniel et moi avions dépensé la plupart de l'argent pour faire répéter et héberger le groupe et garder Randy Crawford à Genève. Donc, nous n'avions pas d'autre choix que d'accepter la nouvelle offre. Les Lunardi  étaient d'accord pour payer les chambres mais pas celle de Daniel et moi. Ils nous ont également mis sur liste noire de tous les hôtels à Turin. Dave et JJ ont eu la gentillesse de nous laisser partager leurs chambres. Quelques jours plus tard, Daniel et moi avons été appelés au bureau du club. Christian Carbaza était aussi là. On nous a ensuite donné un autre ultimatum  : On nous a dit que le groupe pourrait quitter Turin... ou le groupe pourrait rester et continuer à jouer au Voom Voom pour les sommes initialement acceptées , mais Dave & JJ devrait signer un accord de gestion et de production de disques avec les Lunardis et Christian. Daniel et moi sommes retournés rencontrer Dave et JJ, et leur avons dit la réalité. Sans argent pour quitter Turin avec eux et le groupe, nous leur avons conseillé de signer l'accord avec les eux. Dave et JJ ont signé . Daniel et moi sommes ensuite retournés en Amérique en octobre 1968.

Dave & JJ vont en Suisse à Genève pour jouer dans un hôtel. C'est là que Izmir les rapatrie les ayant trouvés excellents performers pour les intégrer au groupe de Gilles, payant l'addition aux managers italiens. Cette nouvelle formation des STEW (ce nom provient du titre de KING CURTIS "Memphis Soul Stew") au complet débutera à nouveau au 5/7, puis part en tournée à Rimini en Italie, au Voom Voom club de Saint Tropez, une semaine de concerts à l'Hôtel de Paris à Monaco et au Saint Hilaire De La Mer à Sainte Maxime. Le groupe dure de mi-1968 à fin 1969, tourne en Suisse, Italie, Espagne (avec Sylvie Vartan), dans le sud de la France et dans une pléthore de boîtes parisiennes : Golf Drouot, Bus Palladium, Rock'n'Roll Circus et l'Olympia (en première partie de la star américaine ARTHUR CONLEY pour un Musicorama - A la rentrée 1956, Lucien Morisse, Pierre Delanoë de Europe N°1 et Bruno Coquatrix (l'Olympia) mettent sur pied le projet d'une diffusion hebdomadaire d'un concert, organisé au théâtre de l'Olympia pour Europe N°1 : le Musicorama. Ces concerts ont généralement lieu le lundi soir et ce sont souvent des artistes anglais et américains de passage à Paris).

    

                                          

 

   

Ci-dessous, Jackie Mercier, Dave & JJ, et Freddie Meyer à St Tropez en 1968. (© Douglas Yeager)

Le Week-End club deviendra une discothèque portuguaise début des années 80..

Un concert est enregistré au Weekend Club en 1969. Ce lieu situé 20bis Rue de la Gaité dans le XIV ème arrondissement de Paris, juste à côté de Bobino, est une discothèque le weekend et un studio la semaine, nommé Studio de La Gaité tenu par Jean-Michel Pou-Dubois à cette époque (ce dernier s'illustra pour avoir été ingénieur du son pour Jef Gilson, les Double Six…) . Plusieurs soirées concerts sont enregistrées, comme celle de Vigon le 25 février 1967, dont provient l'enregistrement "Harlem Shuffle". Izmir raconte "Le disque de Vigon s'est fait par hasard... J'avais conservé la bande dans le coffre de ma voiture jusqu'au jour où un directeur artistique de chez Barclay a écouté cette bande et m'a dit qu'on pourrait faire un disque. Malheureusement, seuls 4 titres sont sortis, le reste de la bande a été perdue" (octobre 2017). Au Weekend Club, passeront WESS & THE AIREDALES, les STORMSVILLE SHAKERS le 19 janvier 1966 (aussi le 20 janvier et le 12 avril, certains titres captés serviront pour leur EP mixé au studio Europa-Sonor par Claude Bolling), les YARDBIRDS le 26 juin 1966, les MOODY BLUES en février 1967, les PRETTY THINGS

 

Puis c'est la séparation de STEW fin 1969. Dave & J.J. restent avec Robert Izmir (qui s'occupe toujours d'eux) quand Eugène Bernhard de la boîte Le Caméléon, située à Condé Sur L'Escaut, les fait venir. Ils joueront aussi à l'Eden Ranch . Slim Batteux se rappelle brièvement : "J'ai joué comme organiste en 1969 avec Eddie (Eddy)Taylor, ex-saxophoniste de WESS établi en  Allemagne, puis ensuite avec DAVE & J.J. jusqu'en 1970, et c'est vraiment eux qui m'ont mis la claque, deux grands mecs". (décembre 2017)

Dave & JJ auraient enregistré un disque chez Durium avec leur groupe nommé les Dynamics en 1967/68 en Italie, mais aucune preuve n'a été trouvée à ce jour, ce renseignement ayant été prononcé par JJ lui-même il y a quelques années à un fan de soul aux USA. On peut aussi supposer que ce single a bien été enregistré  mais jamais édité.

Douglas Yeager témoigne : Quand je suis ensuite allé voir Randy Crawford et Dave chanter dans un club de Cincinnati, c'était au milieu d'une émeute raciale. Ça aurait pu être en 1969, et ça devait être à un moment où Dave était revenu pour voir sa famille. C'était super de le voir, et nous avons eu une chaude accolade. Je me souviens de lui, disant qu'il espérait ramener sa femme et sa fille avec lui en Europe. Il m'a dit qu'ils enregistraient avec JJ, je pense à Durium Records mais aucune certitude. Il m'a aussi dit qu'ils avaient un nouveau groupe ... le même groupe qui avait l'habitude de reprendre Sam & Dave (certainement The Stew...) . Malheureusement, je ne l'ai jamais revu. Quelques années plus tard, on m'a dit qu'il était revenu d'Europe mais qu'il avait quitté Cincinnati. J'ai déménagé à New York en février 1972, donc mes contacts avec Cincinnati étaient moins fréquents. Je ne gérais plus Randy et elle a déménagé à Los Angeles. Cependant, nous sommes restés très amis et très proches aujourd'hui. À New York, j'ai continué à travailler avec Freddie Meyer. Sans contrat d'enregistrement en Amérique, Freddie est retourné à Paris l'année suivante. Je ne le gérais plus. Il vit maintenant à 100 kilomètres au nord de Paris, et je lui parle toutes les deux semaines au téléphone. Je lui ai rendu visite en juin.

Photo ci-dessous : 1968, DAVE & JJ avec George Hamilton - C'était lors d'une soirée privée pour Sophia Loren et Carlo Ponti à St. Tropez. George était à Saint-Tropez avec Alana Collins, qui allait devenir sa femme en 1972. En 1975, Alana quitta George et épousa Rod Stewart. Pour cette soirée, Dave et JJ, Freddie Meyer et Randy Crawford se produiront sur scène.

Pendant mon séjour à New York, j'ai également amené le groupe The Students à New York. C'était un groupe populaire de Cincinnati à la fin des années 1950 et au début des années 60, et leur leader Richard Johnson était un ami proche. Cependant, ils sont revenus à Cincinnati après quelques engagements mais sans contrat d'enregistrement. En novembre 1972, j'ai fait venir Les VARIATIONS en Amérique et je les ai signés chez Buddah Records. J'ai co-dirigé le groupe avec Alain Tobaly et Charles Benanty jusqu'à leur rupture en décembre 1975. Des années plus tard, vers 1984 je pense, Richard Johnson de The Students m'a appelé de Cincinnati pour dire que le groupe avait été retenu au Radio City Music Hall de New York. Il m'a dit que Joe Peterson (JJ) était maintenant membre du groupe et qu'il espérait que je viendrais à leur concert. J'ai dîné avec eux, je suis allé au concert et je les ai vus pour le petit déjeuner le lendemain matin. C'était merveilleux de revoir Joe, mais nous n'avons vraiment pas beaucoup parlé de Dave et JJ. Nous avons parlé davantage de sa famille et des bons moments que nous avons passés à Saint-Tropez. Il ne savait pas où Dave était. Je suis attristé d'apprendre que Joe est décédé en 2015. Mes informations ne disent rien de négatif à propos de Dave & JJ. et je ne pourrais jamais le faire à leur sujet, car ils étaient à la fois chaleureux, gentils et attentionnés. (Interview janvier 2018)

Daniel Wolfe et moi avons amené Freddie Meyer, son groupe et Randy Crawford au Voom Voom de St. Tropez en juin 1968. Alors que nous vivions à St. Tropez et travaillions au Voom Voom, Daniel et moi avons rencontré le propriétaire du Saint Hilaire De La Mer à Sainte Maxime, qui était un 20 minutes en bateau / ferry à travers la baie de Saint-Tropez. Le type a ensuite fait venir DAVE & JJ et de là, ils ont joué au Papagayo, puis au sud et au nord de l'Espagne, puis à Saint-Tropez de nouveau au Voom Voom, en partageant la scène avec Freddie Meyer et Randy. Pendant que Dave et JJ jouaient, je me suis rendu à Ste. Maxime sur ma moto, et j'ai eu un accident où j'ai presque perdu l'œil. L'assistante du propriétaire du club était une femme merveilleuse et charmante, qui avait probablement plus de 30 ans à l'époque. Malheureusement, je ne me souviens plus de son nom. Elle était la fille illégitime d'une célèbre star de cinéma des années 1930/1940, Simone Simon. Sans elle je n'aurais pas deux yeux aujourd'hui. Elle m'a emmené à l'hôpital de Saint-Raphaël et mon œil a été sauvé. Je sais que j'ai connu Robert Izmir, mais je ne me souviens plus où. Peut-être que c'était au St Hilaire De La Mer... (mars 2018)

Photo ci-dessous : 1968, Dave et JJ avec Jerome Dodero - Jerome était l'un des propriétaires et coordonnateur de talents au Voom Voom Club de St. Tropez. Auparavant, il exerçait les mêmes fonctions au Club Papagayo de cette même villle. Cette photo a été prise une nuit quand Dave et JJ jouaient au Voom Voom. Tard dans la nuit, le club est devenu un véritable lieu de fête. C'est ainsi que Jérôme est monté sur scène et a joué avec eux. (Douglas Yeager 2018)

Et J.J. n'est pas Jerry Joe Beatty qui se trouvait dans le groupe BOBBY BOYD CONGRESS, managé par Izmir début 69 après les avoir vu au Papagayo à Saint-Tropez (ils enregistreront un très bon LP sur Okapi en 1971). En janvier 1971, DAVE & J.J. passent dans l'émission Pulsations où ils interprètent "Try A Little Tenderness"avec les musiciens de Manu Dibango.

Plusieurs concerts quand ils retournent aux U.S.A.

 

JJ et Dave sont retournés aux USA après avoir tourné en Europe. JJ est décédé en 2015 après avoir continué de monter sur scène avec différents groupes, comme le Regency's ou les Students. Rien n'a été trouvé pour savoir ce qu'était devenu David Thomas. Gilles Pellegrini de son côté continuera avec un nouvel orchestre, tournant avec FR David, Patrick Hernandez, Jerry King, Tony Pacino…Et quantité d'excellents musiciens passeront dans cet orchestre comme Bunny Rizzitelli, Alain Prezner, Jean-Michel Cazenave... Gilles monte son studio Melusine et sort beaucoup de productions de covers, encore aujourd'hui……

 

L'enregistrement du disque sorti à 300 copies par Cameleon provient d'un vinyle 33t label blanc test pressing et sans aucune inscription imprimée... Plusieurs copies ont été pressées, peut-être une centaine, mais la plupart ont été perdues et jetées. Il n'y a jamais eu de pochette. Un seul titre original sur ce disque, "Stew Blues" est composé par Gilles Pellegrini, le reste étant des reprises popularisées par SAM & DAVE (Isaac Hayes/Porter , responsables du duo SAM & DAVE ,sont au coeur de l'aventure Stax) et OTIS REDDING, sans oublier "Hey Jude" des BEATLES. La soul dans notre pays à cette époque se limite à quelques artistes comme IKE & TINA TURNER, JAMES BROWN, OTIS REDDING, ARETHA FRANKLIN et surtout RAY CHARLES dès 1958. En 1965, Gilles Pétard se souvient d'une salle presque vide lors d'un Tamla Motown Show avec STEVIE WONDER, DIONNE WARWICK, THE SHIRELLES accompagnés par l'orchestre de Daniel Janin. De 1965 à 1970, on peut malgré tout constater un petit phénomène de mode autour de ces quelques artistes. Jean-Claude Morlot du magazine Soul Bag se souvient : "Il y avait un courant, des groupes qui vivaient en France... Et puis, c'était la mode à l'époque, enfin durant deux ou trois ans... Après nous, les gens de Soul Bag, avons continué à nous bagarrer pour cette musique ! Mais bon, on a traversé des périodes de désert où il n'y avait rien à voir... (interview pour le livre de Vincent Sermet "Les Musiques Soul Et Funk" paru chez l'Harmattan en 2008).

Peu de titres de ce niveau d'interprétation existent en France, surtout mis à disposition du public presque 50 ans après...

Un grand merci à Ty Blurt de Quimper, Gilles Pellegrini pour son accueil et sa confiance, Gérard Feraud, Douglas Yeager, Chris Burgan, Slim Batteux, Yazid, Robert Izmir, Vigon, Vincent Sermet et tous les autres pour leur aide.

 

 

Lien INA : https://www.ina.fr/video/CPF86659449/pulsations-emission-du-7-janvier-1971-video.html

SOLD OUT

BANDCAMP

Si vous avez des documents et des renseignements supplémentaires à fournir, veuillez me contacter ici Contact  Merci !

If you have documents and additional information required, please contact me here Contact  Thank you!

 

Doug Yeager in 2018.

HOME PAGE     CAMELEON RECORDS   MEMOIRE NEUVE