HOME PAGE       CAMELEON RECORDS

Bonjour , bienvenue chez CAMELEON RECORDS, division de VINYL VIDI VICI RECORDS, le but étant de represser
des vinyles déjà édités mais introuvables ou trop onéreux. Punk, hard, garage, new-wave, folk, soul, seule l'écoute prédomine
dans le choix.   

in english

!!! SORTIE LE SAMEDI 13 AVRIL 2019 !!!

 

74ème référence, ROBERT HINCHLIFFE



Huddersfield est une ville du Royaume-Uni, située dans le Yorkshire de l'Ouest, au nord de l'Angleterre, entourée par Manchester, Leeds et Sheffield. Huddersfield se trouve dans le district métropolitain de Kirklees près de la confluence des rivières Colne et Holme et compte près de 162 949 habitants. Mirfield est une petite ville anglaise qui fait partie de l'agglomération urbaine de Kirklees dans le Yorkshire de l'Ouest, en Angleterre. La ville se trouve sur la route principale entre Huddersfield, Dewsbury et Wakefield, et a une population totale résidente de 18 620 habitants. La ville est desservie par la station de train de Mirfield.

Ce fut le début d'une traque menée chaque jour à partir de octobre 2018 pour retrouver Robert Hinchliffe. Les seuls indices de l'endroit où il avait vécu était une lettre trouvée dans la pochette où figurait un acétate, indiquant une adresse à Mirfield.  Ce disque a été vendu au collectionneur René Debot il y a quelques années par un italien, qui lui-même l'avait acheté au début des années 90.... Plusieurs diggers et labels ont essayé de contacter Robert Hinchliffe, sans succès. Il faut se dire qu'avant de le chercher, il ne m'était jamais venu à l'esprit le nombre de personnes sur la planète portant ce patronyme. Nous n'avions pas d'année précise, tout le monde s'entendant sur 1970, portant l'âge de l'artiste à 68 ans minimum, et sa voix étant assez grave, on pensait même à 75 ans...

Robert Hinchlife est né en 1954 en Angleterre, son père a été formé au piano et sa mère est amatrice de musique classique. Jeune, il apprend en autodidacte la guitare, écoutant beaucoup d'artistes, de Django Reinhardt à Fairport Convention, et ne prendra que quelques leçons fin 70 auprès de Frank White, un guitariste de blues basé à Sheffield (voir ici). Pour les apparitions publiques, Robert Hinchliffe est au festival gratuit de Windsor en 1974 (Gong, Fleetwood Mac, Witches Brew, Bliss...) et dans de très nombreux pubs et clubs folks de l'Angleterre, comme au Top Spot Snooker Club de Huddersfield encore aujourd'hui où finalement il fut retrouvé.

Ce qui ne l'empêche pas de se produire outre-Atlantique à Miami en Floride ou à Floyd en Virginie. De mémoire, Robert Hinchlife se souvient avoir joué avec les batteurs Gary Goode, Steve Hawkins et Martin Hunt, les bassistes Gary North et Dave Mallick, le pianiste John Greeney, le guitariste Pete Billington (aujourd'hui dans le Simon Lasky Group), et les chanteuses Deborah Hasham et Marie Appleyard. Beaucoup de sessions en tant que guitariste pour des groupes dans les studios de la région, comme au Fairview Studios à côté de Hull et au Leader Sound Studio à Elland (près de Huddersfield) où il enregistra en 1979 d'autres titres. Un des types de cette ville avait un copain qui travaillait pour le Melody Maker et conseille à Robert d'envoyer sa cassette à son oncle sur l'île de White. C'est cette personne qui lui obtient un rendez-vous avec le label Swan Song (Led Zeppelin, Bad Company, Dave Edmunds...) en 1979/1980. Robert dépose la cassette ainsi que son seul acétate de 1975 qu'il possède, accompagné d'une lettre où il explique comment il voit la suite pour peaufiner ses morceaux sur cassette. Mais il ne recevra jamais de réponse, et cet acétate fut retrouvé des années plus tard dans une vente de disques. La lettre comportait une adresse à Mirfield, lieu où il a habité de 1978 à 1981. Robert n'avait pas l'intention de publier les titres figurant sur cette galette, trouvant le son trop brut, préférant ses autres compositions et le son sur ces bandes audio.

Les 2 acétates et la pochette avec la faute de frappe à California.... Le dessin figurant sur la pochette fabriquée après le pressage de l'acétate par Robert a été fait par son oncle, Walt Whitworth, en 1976.


Début des années 80, Il monte le groupe "The Crying Gypsy Café" avec 3 autres musiciens de Sheffield, jouant ses propres compositions en version électrique. Pas mal de concerts dans cette ville, comme au Broadfield Pub régulièrement. Puis il joue en duo avec un saxophoniste se produisant sous le nom Cut Loose, musique étrange basée sur le blues. Aujourd'hui Robert Hinchliffe donne toujours des concerts, de Huddersfield à Miami ! Un autre acétate existe et se trouve toujours dans la famille de Robert. Il ne pense pas qu'un troisième exemplaire ait existé.

Le Broadfield Pub à Sheffield

 

Edité par Cameleon Records à 500 exemplaires, le présent vinyle doit son existence grâce à la confiance que m'a donné René Debot, et grâce aussi au très long travail de restauration dans les studios Parélies par François Terrazzoni. Il a fallu 16 heures complètes pour pouvoir présenter un travail acceptable, en sachant que nous avons opté pour laisser l'oeuvre dans son jus, sans écrêter l'ambiance et les défauts originaux de l'enregistrement 2 pistes à la maison. Un choix qui je l'espère raviront ceux qui connaissaient déjà les titres diffusés sur Youtube depuis des années.

Je tiens à remercier ici René Debot, Quentin Orlean, Olivier Fertel, François Terrazzoni, Laurent Bigot, Marion, Nathalie, les mairies de Mirfield et de Huddersfield, les sites des villes contactées, les pubs, clubs, S. Hawkins, Jane Hinchliffe et tous les Hinchliffe dans le Yorkshire qui m'ont répondu...

Travail à la seconde au scanner aux Studio Parelies  /  Alien présent dans le premier lacquer, collé au sillon....

 

Pour saisir ou du moins sentir la musique folk de Robert Hinchliffe, il suffit de lire ci-dessous la notice présente au dos de la pochette par celui qui eut le privilège d'avoir un mail de Robert suite aux recherches successives. Merci Quentin.

 

« Qui peut dire le nombre de ceux qui sont comme moi, mes frères… On laisse son chapeau et sa veste avec une lettre dans sa poche, sur le parapet d'un pont qui enjambe une rivière ; puis, au lieu de se jeter dans l'eau, on s'en va tranquillement en Amérique ou ailleurs. »

      Cette phrase est extraite du roman de Pirandello « Feu Matthias Pascal ». Pirandello était un des écrivains préférés d'Ettore Majorana. Ettore Majoran était italien et spécialiste de physique nucléaire. Un jour en 1936 il disparut (il laissa seulement deux lettres, et la dernière fois que quelqu'un l'aperçu fut lorsqu'il monta à bord d'un bateau en direction de Naples. Ce bateau – paquebot – qui fait plusieurs apparitions remarquées dans les chansons de Robert Hinchliffe).
       Encore aujourd'hui personne ne sait vraiment ce qu'il lui est arrivé. Plusieurs théories existent : un suicide, un enlèvement par des services secrets pour éviter qu'il participe à la construction de la bombe atomique, ou peut-être a-t-il simplement fuit l'Europe et s'est installé, anonymement, en Amérique du Sud.

       Jusqu'à la semaine dernière (plus précisément le samedi 19 Janvier 2019), Robert Hinchliffe pouvait encore être considéré comme un genre d'Ettore Majorana musical. Il laissa quelques « Chansons » (« Songs » le titre d'un acétate, pas un véritable album, comme une bouteille à la mer) qui auraient pu être interprétées comme une lettre d'adieu (cette voix d'outre-tombe, cet enregistrement à nu. Les deux le plus souvent associés au plus connu des musiciens britanniques décédés : Nick Drake), ou juste des indices nous permettant de potentiellement le retrouver à l'autre bout du monde (cet hommage à la Chine, la Californie et aussi la présence de bateaux, de sable etc...)
       Et tout fut bouleversé quand la chance nous frappa la semaine dernière. Après plusieurs années de recherches infructueuses, Robert Hinchliffe nous envoya un email (très 21ème siècle!). Et tant pis pour notre vision romanesque de ses "Songs", mais c'est finalement une meilleure nouvelle pour lui : Il vit encore là où il a vu le jour, dans cette contrée britannique à moitié Emily Brontë et à moitié industrielle, le West Yorshire et ses villes comme Sheffield, Huddersfield ou Mirfield. Robert Hinchliffe écrivit ces morceaux autour de ses 18ans et pu les enregistrer seul, sur un magnétophone 2-pistes et dans le petit appartement qu'il louait, lors de son séjour londonien en 1975. Malgré son jeune âge et des conditions plutôt rudimentaires, il respire la confiance et une maturité musicale que peu peuvent espérer atteindre. Un esprit de rébellion, typique des jeunes du début des années 70, transpire sur ces chansons (critiquant déjà notre monde occidental individualiste dans The Blind Man « And a thousand people pass on by »). Ce jeune homme paraît hésiter entre deux positions radicalement opposées.

        D'abord, comme tous les enfants de la génération Woodstock (ou Isle of Wight pour faire plus britannique), Robert Hinchliffe a des envies d'ailleurs : d'une vie moins étriquée où il pourrait sortir d'une condition sociale prédéfinie ("I don't intend sticking around here.." sur The Same Mistake, "But now it's all over, I'd take the road again" sur Crosses in the Sand), d'une vie plus exotique plus tranquille et sans pression sociale ("I took a long vacation, I'm living by the sea" "Every day is a holiday, even if it's raining" and all of Words Upon an Ocean). Cet endroit ressemblant fortement à la communauté artistique de St Ives dans le Cornwall. Ensuite en opposition à cette rebellion, Robert Hinchliffe emploie un ton malgré tout plutôt nostalgique, pas à la Ray Davies (une nostalgie d'un monde ancient), mais quelque chose de très personnel. Les gens qu'il a fréquentés, amis ou famille, lui manque. Robert leur écrit des lettres (comme avec Words Upon An Ocean ou Tomorrows Just a Film). Des lettres simples mais avec une pointe de regret. Le narrateur/chanteur semble parfois vouloir revenir vers son ancien chez lui (comme dans My Baby Needs Me With Her Now) ou tout proche à Sherburn dans le North Yorkshire. Et surplombant cette œuvre, deux figures féminines : la Lady of the Dark et California. Une plus mystique et l'autre plus terrienne.

        Concernant la musique, Robert Hinchliffe capture admirablement les mouvements musicaux britanniques du début des années 70. Mélangeant du folk (son versant traditionnel sur Lady of the Dark ou Crosses in the Sand, et aussi Words upon An Ocean et sa mélodie comme une berceuse) et des influences de singer-songwriter anglo-saxons (avec le Pink-Moonesque The Blind Mand et le Dylanesque California Eyes et son inspiration country en filigrane) avec cette voix profonde digne de Nick Drake ou Kevin Ayers. Son jeu de guitare est aussi une révélation. De ce riff pastoral qui ouvre l'album aux enluminures digne de Bert Jansch sur Same Mistake ou Oh My Darlin en passant par le seul solo de guitare de l'album sur Tomorrows Just a Film (mieux qu'un pastiche du solo de Clapton sur While My Guitar Gently Weeps). Le seul morceau hors du temps, et ne partageant pas vraiment les mêmes influences, est China Dolls. Une excursion instrumentale que l'on peut thématiquement associer à la Chinese Song de Skip Spence sur le cinquième album de Moby Grape 20 Granite Creek. Achetez ce disque avant qu'il ne soit trop tard, et n'oubliez pas la prochainement fois que vous passez au Top Spot Snooker Club d'Huddersfield de demander Robert Hinchliffe. Un moment musical magique vous y attendra. Posez le disque sur votre platine et laissez-vous transporter par l'une des plus belles découvertes de ces dernières années. Comme Robert Hinchliffe le chante sur Oh My Darlin qui clôt l'album « It's never gonna be the same ». Un immense merci à ce génie qu'est Robert Hinchliffe, et aussi à Claude Picard sans qui ce disque n'aurait jamais pu voir le jour. En espérant que d'autres suivent prochainement.

Quentin Orlean , Paris 2019.

 

!!! SORTIE LE SAMEDI 13 AVRIL 2019 !!!


HOME PAGE     CAMELEON RECORDS  

COMMANDES / ORDERS

16€ 1 ex + port  7,80 € en Colissimo pour la France
  32€  2 ex + port  7,80 € en Colissimo pour la France
  48€  3 ex + port  8,80 € en Colissimo pour la France

             

 16€    1 copie  + shipping with track number 15,20€ for Europe (E.U.)
  32€   2 copies + shipping with track number 15,20€ for Europe (E.U.)
   48€  3 copies  + shipping with track number 17,20€
for Europe (E.U.)

  16€    1 copie  + shipping with track number : 27€ for rest of the world
32€   2 copies + shipping with track number : 27€ for rest of the world
   48€  3 copies + shipping with track number : 37€ for rest of the world

DISTRIBUTION & WHOLESALE

Pour autres questions, envois, options , distribution .... Contact

Contact for orders

Ask me questions for others orders or options , distribution....



ADRESS PAYPAL : 45vinylvidivici@wanadoo.fr

HOME PAGE     CAMELEON RECORDS   MEMOIRE NEUVE    

Il existe 15 copies pour le test pressing. Pochette faîtes à la main, avec des vraies feuilles collées et vernies, numérotées et tamponnées.