HOME PAGE       CAMELEON RECORDS

 

Bonjour , bienvenue chez CAMELEON RECORDS, division de VINYL VIDI VICI RECORDS, le but étant de represser
des vinyles déjà édités mais introuvables ou trop onéreux. Punk, hard, garage, new-wave, folk, soul, seule l'écoute prédomine
dans le choix. Pour cette référence, collaboration avec DOUBLELEGS de Paris.   

in english

 

23ème référence, THE DEGRADS



‘’Direct du labo à la maison’’, une bande de petits malins américains encore en fac en 1982 s’installe pour l’été dans la banlieue de Rochester dans l’état de NY, et décide de sortir les guitares, les cors et les sifflets pour monter un groupe. Un quintet est rapidement réuni : David Cohen, Mitchell Mutz, Alfred Woo, Jonathan Elwitt et Sam Elwitt toujours lycéen.

 

 

C’était juste pour le fun, mais un amusement où chacun apporte morceaux et bouts de répétitions, le tout souvent tard le soir. Le répertoire est composé de parodies diverses mêlées au punk exubérant et une influence des Buzzcocks. Les paroles s’inspirent de la comédie, de la stupidité et du ridicule de tous les jours. Ils échangent souvent leurs instruments de musique, allant chacun leur tour au chant ou derrière la batterie composée d’une caisse claire et d’une cymbale. Mais sous cette attitude irrévérencieuse pointe la volonté d’écrire de bons titres et de bien les jouer.

           

 

En août 1982, le groupe ressent une demande du public et estime devoir laisser une trace durable de leur créations. Ils empruntent une vraie batterie, joue pour la fête d’un copain et une open night d’un club. Ils enregistrentune cassette de 90 minutes en stéréo dans le salon des parents d’Alfred ainsi qu’une vidéo pour deux titres dans l’allée du jardin. David baptisa le groupe du nom Degrads pour le mélange de graduation, cérémonie de remise de diplôme et dégradé.

 

Press kit

 

In Trouser Press.

 

Quand ils se retrouvent en hiver 1982 puis en été 1983, les Degrads commencent à prendre l’aventure au sérieux et nourrissent plus d’ambition. Ils engagent un batteur, Philip Michael Brown, puis trouvent des concerts dans les clubs de Rochester Centre et réservent un studio pour enregistrer un 45t. L’aspect rigolo de leurs débuts passe au second plan derrière la musique plus punk-pop ou new-wave, certains titres n’étant plus du tout drôles. Les 2 titres passent sur les radios universitaires, sont envoyés à John Peel et à Trouser Press avec de bons retours et se produisent à la télévision.

    

 

Lyrics "What's my problem ?"

 

 

Paru dans Ugly Things

The Degrads - s/t (Cameleon Records/Double Legs Records, France) LP Rochester, NY circa 1983. A bunch of youngsters get together to make some joyful noises. Bits of punk, bits of power pop, bits of cheap art, a touch of Chuck Berry, and many tongues stuck deep into cheeks, all stapled together in pure DIY mode. They sing about science ("Transposable DNA"), politics ("Car Conspiracy"), society decadence ("Don't Play Rock'n'Roll Music") and love ("I Don't Care if She Smells"). "I Saw Bobby Sobbing in the Lobby" would have been at home on Bomp. "What's My Problem?" belongs to the same world as Swell Maps' "Read about Seymour". "Fun with a Porpoise" shows a strong Doors influence. "Do I Sound like This?" even deserves a garage tag. The Degrads' sound was a patchwork, but remains coherent. They wrote forty originals in the two years they were together: now ten of them are graved in wax to be enjoyed on your home hi-fi. The band later evolved into The Silly Pillows, before guitarist Sam Elwitt turn up in the Sea Monkeys (among others). His latest work is producing and backing up Miriam Linna on her excellent solo material.

 

      

Ils se séparent début 1984 après 20 mois d’existence, laissant derrière eux 40 titres originaux figurant sur divers enregistrements. Certains fondèrent d’autres groupes comme les THE SILLY PILLOWS ...mais une fois que vous êtes dégradés, vous êtes un Degrad pour toujours

       WIKIPEDIA : THE SILLY PILLOWS

Ask me questions for others orders or options , distribution....

Contact for orders

ADRESS PAYPAL : cocopicard@wanadoo.fr

HOME PAGE     CAMELEON RECORDS   MEMOIRE NEUVE

 

DANS MAXIMUM ROCK'N'ROLL DECEMBRE 2015.

The mag says, "Anyone is welcome to reprint anything from MRR, but only if it's not-for-profit." So I think it will be OK for me to transcribe the entire Degrads write-up here: *** "The World of Punk is Actually Really Small" file: Sometime back in the spring, I had stumbled upon this 1983 single from an upstate New York band called the Degrads that one power pop blog or another that I occasionally browse had posted. I wound up putting the snotty, class of '77-indebted B-side ("I Saw Bobbie Sobbing in the Lobby") on my radio show/podcast thing, and got a message a few days later from my friend Jonathan thanking me for playing it--as it turns out, he had been their front person, which I had somehow completely missed despite having watched footage of them playing a very local access-looking TV program in Rochester right before the 7" came out (let this be a lesson to everyone that you never know which of your friends and neighbors could have been semi-secretly responsible for knocking out subterranean DIY gold 30 years ago). Now here we are a few months later, and there's a brand new Degrads compilation LP courtesy of the French label Cameleon that collects both sides of their lone 45, plus eight previously unreleased tracks drawn from tapes of home recordings that the band did before they splintered in 1984. While there's an obvious Buzzcocks influence present in the single's balance of punk sneer, pure pop hooks and smart-assed lyrical wordplay, the archival material takes cues from a whole spectrum of late'-60s to early-'80s underground noise--the Swellmaps' freewheeling UKDIY messthetic guiding the lo-fi punk bash of "What's My Problem," the thread of primitive proto-punk running from the Velvet Underground to the Modern Lovers that gets picked up on organ-accented rave-up "Don't Listen to Rock and Roll," or the post-punk paranoia of "Transposable DNA" (if "I Saw Bobbie Sobbing in the Lobby" is /Singles Going Steady/, this one is Magazine's /Secondhand Daylight/). And they pull it all off! (Cameleon, cameleonrecords.bandcamp.com)

IN UGLY THINGS JANUARY 2015

The Degrads - s/t (Cameleon Records/Double Legs Records, France) LP Rochester, NY circa 1983. A bunch of youngsters get together to make some joyful noises. Bits of punk, bits of power pop, bits of cheap art, a touch of Chuck Berry, and many tongues stuck deep into cheeks, all stapled together in pure DIY mode. They sing about science ("Transposable DNA"), politics ("Car Conspiracy"), society decadence ("Don't Play Rock'n'Roll Music") and love ("I Don't Care if She Smells"). "I Saw Bobby Sobbing in the Lobby" would have been at home on Bomp. "What's My Problem?" belongs to the same world as Swell Maps' "Read about Seymour". "Fun with a Porpoise" shows a strong Doors influence. "Do I Sound like This?" even deserves a garage tag. The Degrads' sound was a patchwork, but remains coherent. They wrote forty originals in the two years they were together: now ten of them are graved in wax to be enjoyed on your home hi-fi. The band later evolved into The Silly Pillows, before guitarist Sam Elwitt turn up in the Sea Monkeys (among others). His latest work is producing and backing up Miriam Linna on her excellent solo material.

IN EXPRESSAWAY TO YR SKULL 2016

http://expresswaytoyrskull.tumblr.com

"The World of Punk is Actually Really Small" file: Sometime back in the spring, I had stumbled upon this 1983 single from an upstate New York band called the Degrads that one power-pop blog or another that I occasionally browse had posted. I wound up putting the snotty, class of '77-indebted B-side ("I Saw Bobbie Sobbing in the Lobby") on my radio show/podcast thing, and got a message a few days later from my friend Jonathan thanking me for playing it - as it turns out, he had been their frontperson, which I had somehow completely missed despite having watched footage of them playing a very local access-looking TV program in Rochester right before the 7" came out (let this be a lesson to everyone that you never know which of your friends and neighbors could have been semi-secretly responsible for knocking out subterranean DIY gold thirty years ago). Now here we are a few months later, and there's a brand new Degrads compilation LP courtesy of the French label Cameleon that collects both sides of their lone 45, plus eight previously unreleased tracks drawn from tapes of home recordings that the band did before they splintered in 1984. While there's an obvious Buzzcocks influence present in the single's balance of punk sneer, pure pop hooks and smart-assed lyrical wordplay, the archival material takes cues from a whole spectrum of late '60s-to-early '80s underground noise - the Swell Maps' freewheeling UK DIY messthetic guiding the lo-fi punk bash of "What's My Problem," the thread of primitive proto-punk running from the Velvet Underground to the Modern Lovers that gets picked up on organ-accented rave-up "Don't Listen to Rock and Roll," or the post-punk paranoia of "Transposable DNA" (if "I Saw Bobbie Sobbing in the Lobby" is Singles Going Steady, this one is Magazine's Secondhand Daylight). And they pull it all off! (Cameleon; cameleonrecords.bandcamp.com/album/degrads)

 

Lisez la biographie complète.....

Jonathan se souvient


En se remémorant…. Au printemps 1982 à Harvard, j'ai monté avec un ami un tout petit groupe quasi-punk appelé « The Killer Asparagus » (l'Asperge Tueuse). Lorsque je suis rentré à Rochester pour l'été, j'ai vu Sam jouer du saxophone lors d’un concert de jazz au collège avec mes parents. Mon ami Mitchell était là aussi avec son cor d'harmonie (il était à l’université mais il jouait de temps en temps avec ce groupe) et il m'a dit qu’il avait avec quelques amis créé un groupe de rock. Il nous a encouragés, Sam et moi-même, à les rejoindre. Le groupe répétait alors dans le salon de la famille Elwitt. 

Sam et moi avons adoré écrire, jouer et enregistrer des chansons ensemble et ce fut une période joyeuse. Comme paroliers, nous nous inspirions de blagues que nous faisions enfants comme "iggit, earl", mots dépourvus de sens utilisés dans « Fun with the Porpoise ». L’histoire de cette chanson s’inspirait d’une analyse fantaisiste d’une reprise du groupe Derek & The Dominoes. Une autre chanson d’Elwitt-Elwitt a été faite de manière similaire, sur une peinture de Chagall : " Goat plays cupid for the bride / Purple groom is by her side / Nightgown fiddler, keep your chin up!").

Sur un plan personnel, le premier été fut une révélation : J'ai réalisé combien il était important de garder au centre de ma vie des activités créatives.

JOUER EN PUBLIC
Pour moi, le plus mémorable lors de notre première apparition publique (dans un coin de banlieue) fut le temps perdu entre chaque chanson. Nous étions toujours en train de changer d’instruments et si peu professionnels, jouant en changeant nos morceaux, discutant entre nous devant un public d’amis tolérants et nous faisant des signes pour enchaîner les chansons. Depuis, la concision de nos chansons présentes sur le LP contrastent avec ces interminables intermèdes et il est fort possible qu’à l’époque, ces temps morts entre les chansons aient été bien plus longs que le set.
Notre nom de groupe était lui aussi provisoire, et je l’avais dit à un batteur présent lors d'un concert. C’était un nom étrange. En arrivant au club, David m'a lâché : «Ne redis jamais ça ! ». Même si David n'était pas toujours le membre le plus productif de notre groupe, il s’est vite mis à chercher des noms alternatifs.

 

GARDEZ LE CAP : A la fin de l'automne à Cambridge (Massachussetts), Alfred et David ont rejoint The Killer Asparagus (KA) et nous avons passé beaucoup de temps à mettre sur pied les DEGRADS.  Alfred et moi avons écrit plusieurs chansons ensemble cet automne là, et d'autres que j'ai écrites seul pour KA et jouées ensuite par les DEGRADS.  Au cours du break de décembre, Sam et moi avons également collaboré sur l'écriture de nouveaux titres. Sam apportait souvent la structure des morceaux mais les parties vocales et les textes étaient davantage une création commune. Lorsque j'ai écrit avec Alfred, il me donnait les textes et je les mettais en musique.

UN AUTRE ETE D’AVENTURES : David et moi étions ensemble dans un cours de psychologie à Harvard. Un jour dans la salle de cours, nous avons entendu un autre étudiant dire à un ami, "j’ai vu Bobbie (ou Bobby ou Bobbi) pleurer dans le hall." David m'a dit d'écrire ça car cela ferait un grand titre de chanson. Nous avons immédiatement amélioré ce que nous avions entendu ("sangloter" au lieu de "pleurer"), et de retour dans ma chambre j’ai écrit et fait une démo et c’est une des trois chansons que j’ai écrites ce printemps et ramenées à la maison avec moi en juin 83 (même si je constate que le riff de guitare dans «Bobbie» a été créé par Sam en répétition....).

Contrairement au stéréotype du groupe de rock d’étudiants, les « DEGRADS » n’étaient porté ni sur l’alcool ni sur d’autres choses. Mitchell et moi aimions prendre de temps en temps une bière ou un gin tonic mais guère plus et quand le groupe sortait ensemble, c’était pour aller manger des glaces. Nous étions juste naturellement stupides et ce depuis longtemps.
En parlant de cela, je me souviens que lors d’une autre de nos apparitions publiques à l’occasion de la fête d’un ami, Alfred joua “Eggplants and Venison Stew” avec une paire de marionnettes aux mains. Il n'y a pas de vidéo, hélas, mais cela vous donne une idée.Avec notre batteur indisponible, nous avons commencé l’été en enchaînant les auditions. Sam et moi avons vu un jeune homme qui transportait une batterie sur un parking, « Es-tu batteur ? ». Par chance, le jeune homme s’appelait Phil et non  Al Jaffee (dessinateur de Mad - n.d.t.)

Et oui, j’ai presque fait tout ce que David me disait. Au cours de l’été, un matin, il m’a téléphoné pour me dire qu’il avait vu Eddy Grant faire la promotion de son concert du soir à la télé dans un centre commercial. David m’a dit que nous devions aller le voir pour lui demander de faire sa première partie (parce que c’est comme cela que tu obtiens des concerts,  en accostant une tête d’affiche le matin du concert.).
J’ai mis mes plus beaux vêtements, mon jean violet et un de mes tee-shirts peints à la main. Nous avons pris la voiture familiale et sommes allés au « mall ». Incroyable, il était encore là avec quelques journalistes et je me suis avancé et je lui ai fait l’article. Il a mis la main sur l’épaule et m’a dit. « Nous n'avons pas de première partie ! ». Il paraissait le regretter. Plus tard, nous avons appris que le concert avait été annulé.

Nous avions réservé un studio pour début Juillet, et nous avons cru que cela nous laisserait du temps pour presser le disque d'ici la fin de l'été. C'était le studio qui avait géré et le propriétaire s'était engagé à vendre notre disque à des "amis de la côte". Cette proposition fut conditionnée par le réenregistrement des voix sur deux chansons parce que la version originale de "Bobbie" parlait d'un petit ami insensible  comme d'un "bloody cock" et d'un "fucking jerk". Il y avait aussi des mots que les gars du studio n'aimaient pas sur "Lobotomy" ; Ainsi nous avons changé ces termes en "you only mock" et "stuck-up jerk", et même si nous n'avons jamais entendu parler des "amis de la côte", nous sommes passés sur la BBC, ce qui ne serait pas arrivé avec la "fucking jerk version".

Août avançant, il n'y avait aucun signe du pressage, nous étions inquiets. Nous avions prévu deux concerts coïncidant avec la sortie du disque et nous avions fait de la promotion auprès de la télévision locale. Et, plus important, s’il n’arrivait pas avant le « Labor Day », les DEGRADS seraient séparés avec la reprise des cours . L'animateur de télévision, quand nous lui avons parlé de notre enregistrement et de la sortie du disque, a déclaré : «Cela semble prometteur». «Eh bien, nous l'espérons. Nous nous engageons à avoir les disques ». Je plaisantais, mais nous nous sommes demandés si nous y parviendrions.

Je ne savais pas vraiment quels efforts le studio faisait pour s’assurer de la sortie du disque. Donc, un matin, me sentant désespéré et impuissant, je me suis rendu au centre-ville et me suis assis sur le perron de l'immeuble du studio jusqu'à ce que le propriétaire se montre. J'ai été clair, je ne partirais pas avant de l’avoir vu se renseigner au sujet de notre affaire. Je n'oublierai jamais lorsque nous avons mis tous les disques dans les pochettes au nightclub le vendredi 2 septembre pour le concert du soir , les vinyles avaient dû arriver juste la veille…

Nous n'étions pas un groupe sans argent mais enregistrer dans un studio était onéreux. Nous avons été aidés par une amie généreuse avec laquelle nous partagions les mêmes goûts musicaux. Elle a toute notre gratitude éternelle, comme nos parents indulgents qui nous ont laissé faire du boucan dans leur maison.

 
 

COMMANDES / ORDERS

FRANCE

15€ 1 ex + port colissimo : 7,50 €
30€  2 ex + port colisimo: 7,50€
   45€  3ex + port colissimo : 8,50€

EUROPE

 
15€   1 ex + postage with track number 12,15€
30€  2 ex + postage with track number 14,85€
45€  3ex + postage with track number 16,50€

WORLD

15€   1 ex + postage with registered option 13,20€
30 €  2 ex + postage with track number 26€
45€  3ex + postage with track number 26€

DISTRIBUTION & WHOLESALE


Pour autres questions, envois, options , distribution .... Contact

Contact for orders

 
 

 

 

      

 

Studio pour le master

 

Ask me questions for others orders or options , distribution....

Contact for orders

ADRESS PAYPAL : 45vinylvidivici@wanadoo.fr

HOME PAGE     CAMELEON RECORDS   MEMOIRE NEUVE